acouphene et sifflement d'oreille

Acouphène : 10 idées à dynamiter

Un bourdonnement, un sifflement ou bien un grésillement, c’est ce bruit que vous êtes seul à entendre (voir plus d’explications ici). Cet acouphène vos proches ne l’entendent pas. Vous n’êtes pas seul. Près de 6 millions de français sont concernés par les acouphènes ! Les spécialistes estiment que 10 % de la population française en souffre.

1. Un acouphène ne s’arrête jamais : faux

C’est une bonne nouvelle. Beaucoup d’acouphènes sont juste temporaires. Ils sont souvent dus à une agression de l’oreille et vont disparaitre au bout de quelques jours. Si cela vous arrive, prenez plus soin de vos oreilles et protégez vous dans les endroits bruyants. En boite de nuit ou quand vous bricolez, portez des bouchons d’oreille ou un casque de protection.

Sachez le, il n’y a pas de raison non plus qu’un acouphène devienne de plus en plus fort avec le temps. De plus des acouphènes bien installés peuvent disparaitre. Par exemple lors d’une visite chez l’ostéopathe. acouphene et sifflement d'oreille

2. Un acouphène est passager : pas toujours

Malheureusement, certains acouphènes s’installent et deviennent définitifs.
C’est pour cela qu’il est conseillé de consulter très rapidement après la survenue de l’acouphène. Dans les 48heures, de préférence. Si ce bourdonnement d’oreille est du à une agression sonore, le médecin ORL aura un traitement à vous proposer.

3. Un acouphène est dangereux : non à 99 %

Dans très grande majorité des cas, un acouphène est bénin même s’il vous rend la vie difficile. La manière dont nous entendons passe par des éléments mécaniques et des éléments transformant l’énergie acoustique en énergie électrique qui est ensuite transmisse au cerveau. C’est ce système de traduction qui est responsable d’un bruit de fond permanent – un peu comme un microphone en électronique. C’est un fonctionnement normal de l’oreille! Cela devient embêtant quand le chuintement dérange et que l’on se focalise dessus.

Une consultation avec un médecin ORL permettra d’éliminer les causes extérieures à l’oreille. Un acouphène peut être le symptôme d’une hypertension, d’un problème de mâchoire, ou bien un acouphène objectif.
L’acouphène peut aussi mais très rarement être un symptôme d’un neurinome – cancer du nerf auditif qui s’opère bien. Cela est très rare. Votre médecin l’ORL saura le détecter.
Vous avez toutes les chances d’avoir un sifflement ennuyeux mais pas dangereux. Il va falloir l’apprivoiser. Le médecin ORL pourra vous conseiller une prise en charge pluridisciplinaire du problème.

4. Impossible de vivre avec un acouphène / Ce sifflement va me rendre fou

Avoir un bruit en permanence dans l’oreille, sifflement ou bourdonnement est très désagréable. Ce sentiment est décuplé par le fait que vos proches ne l’entendent pas et n’ont pas conscience du problème que cela représente.
Cependant il faut éviter de se couper de tous les bruits. Les traitements passent aussi pour certains par l’écoute de bruits blanc qui permettent de noyer l’acouphène dans un bruit de fond que l’on choisit. Le bruit de la mer, ou de la pluie par exemple. Il n’y a pas que les acouphèniques qui écoutent ces bruits. Dans les open-space, il est maintenant prouvé que l’écoute d’un faible bruit permet de mieux se concentrer…

5. L’acouphène rend sourd.

« Je n’arrive pas à entendre à cause de mon acouphène ». Les médecins ORL doivent souvent expliquer que l’acouphène est souvent une conséquence de la baisse de l’audition. Ce n’est pas la cause…
90% des acouphènes sont liés à une baisse de l’ouïe. Dans le cadre d’une meilleures compréhension entre perte d’audition et apparition de bruits fantômes , Tinteo recherche des personnes souffrant d’acouphènes subjectifs pour participer à la recherche contre les acouphènes

6. Les acouphèniques mentent / c’est un problème psychologique

Ce « sifflement dans la tête » n’est pas que psychologique, même pour les acouphènes dits subjectifs. Les chercheurs savent donner des acouphènes à des souris. Ils créent un test pour vérifier lesquelles entendent toujours un bourdonnement. Ils ont ainsi mis en évidence l’acouphène de la souris!
Selon les scientifiques, l’origine du bruit est soit une anomalie due aux cellules ciliées endommagées soit par une décharge spontanée des synapses dans une oreille « malade ». En tout état de cause, le nerf auditif reçoit une information.
Cependant ce qui fait la différence entre un patient acouphènique qui vit bien et celui qui vit un cauchemar se trouve après. C’est la conscience de ce son et la caractérisation comme désagréable ou dangereux qui va faire que la personne se focalise dessus. Par la suite, il y a un renforcement de cette boucle cognitive si l’acouphène devient « difficile à vivre ».

7. Rien à faire contre les acouphènes : il y a des traitements

« Il n’y a rien a faire sauf attendre que cela passe… » Ce n’est pas le meilleur conseil, il vaut agir vite au début quand le sifflement arrive. Si les acouphènes sont installés, il existe aussi des traitements.

Très rapidement, il faut consulter son ORL. S’il n’y a pas eu d’évolution naturelle, il est possible de se rapprocher d’un centre de traitement spécialisé Acouphène : par exemple un centre adhérent à l’Afrepa. L’idée des traitements est de « casser » la boucle cognitive qui fait que a) on entend le bruit b) il est désagréable c) on se focalise dessus et donc a) on entend le bruit plus fort !

Certains traitements contre les acouphènes sont en cours d’essai clinique, ils peuvent être assez radicaux. Par exemple aux USA, un essai a lieu en implantant un générateur de stimulus sur le nerf vagal. Heureusement la plupart des traitements sont plus légers !

8. Les médecins ne soignent pas les acouphènes

Les équipes pluridisciplinaires adhérentes de l’Afrepa sont composées au minimum d’un médecin ORL, de thérapeutes, psychologue et sophrologue pour prendre en charge toutes les dimensions de l’acouphène. Ceci permet soit de guérir de son acouphène : « je ne l’entends plus » ou bien de s’habituer à vivre avec en apprenant à détacher son esprit de ce bourdonnement incessant pour le reléguer à l’arrière plan.
Les spécialistes combinent plusieurs méthodes.

  • Traiter la perte auditive : il est toujours conseillé de traiter la perte auditive, même si pour l’instant les prothèses auditives stimulent peu les zones de fréquences aigues ou sont souvent situés les acouphènes. Porter une aide auditive suffit quelquefois.
  • Utiliser un générateur de bruit blanc : pour « oublier » ce sifflement ou bien le noyer dans un bruit de fond. Les études cliniques ont été réalisées mais sur peu de patients et elles montrent qu’il faut plus de 12 semaines de port continue pour obtenir une amélioration
  • TRT (Tinnitus Retraining Therapy – marque déposée) ou bien Sophrologie et méditation : L’objectif est d’apprendre à son cerveau à se focaliser sur d’autres sons pour ne pas « sur amplifier » psychologiquement la fréquence de l’acouphène.

9. Tous les acouphènes se ressemblent

Contrairement à une idée reçue, les patients acouphèniques entendent des bruits très différents. C’est bien pour cela que les gens parlent de sifflement, bourdonnement, grésillement, tintement …
L’intensité du son, la fréquence ou bien une combinaison de fréquences sonore, le fait de ressentir de la pulsation sont très variables. Tinteo prépare une étude sur cela et si vous voulez y participer, contactez nous.

10. Les sourds n’ont pas d’acouphène

Malheureusement, les sourds et les malentendants importants ont souvent des bruits parasites dans l’oreille.

Publié le 26 février 2015. Mise à jour du 2 novembre 2015. Remis à jour le 20 juin 2016

Tinteo a lancé une étude sur les acouphènes et leurs caractéristiques. Vous pouvez participer en téléchargeant le logiciel et en faisant les tests. Prévoyez 15 mn au calme pour pouvoir faire les tests. Les données sont confidentielles et ne seront utilisées que dans un but de recherche.

L’étude initiale est finie mais pour enrichir la base de donnée vous pouvez participer à une nouvelle étude.

Source : JR Carpenter-Thompson et al. Alterations of the emotional processing system may underlie preserved rapid reaction time in tinnitus. Brain Resaearch 2014;1567:28-41

11 réponses
    • admin says:

      Bonjour,

      Cette étude consiste en plusieurs tests réalisés à distance grâce à un logiciel téléchargeable (vous restez chez vous sur votre ordinateur, il faut un moment calme pour pouvoir vous concentrer , un ordinateur et un casque audio à brancher sur l’ordinateur pour pouvoir écouter les sons qui sont joués par le logiciel.

  1. FOURNEAU says:

    Je souffre d’acouphène depuis 5 ans, il y a des haut et des bas, la prise d’anti dépresseur aide à surmonter ce bruit aigu pour ma part.
    Suite à l’arrêt de ses médicaments, les acouphènes sont de retour avec crise de panique.
    Je suis partant pour participer à toute étude mise en place
    Cordialement

    Répondre
  2. moussu says:

    bonjour
    je souffre d acouphène depuis 2 ans.Elles sont constantes depuis 1 an et demi .Elles se baladent de droit a gauche et central arrière.
    mais je peux avoir deux fréquences et aller de l arrière vers l avant.Mon état psychologique a été modifier, isolement renferment sur moi ,.j ai du mal a supporter les autres etc… mon médecin a vu que j avais 17 de tension !!!
    après plusieurs vérification matin, midi et soir ma tension était redescendu a 13 ? BIZARRE!!!
    je crois avoir tous fait , spécialiste ORL avec audiogrammes, scanner cérébral et cervical .
    j ai une hernie cervical a la 6/7 ème .suite a cette découverte j ai consulté un neuro-traumato qui fait diagnostic.
    Il me confirme que les acouphènes peuvent venir de la.
    Hernie trop petite pour etre opérée et puis j ai de l’arthrose.
    Puis je suis allé voir un acupuncteur, 4 séances qui ont soulagé mon portefeuille a défaut. Magnétiseur.
    j’ai 52 ans, ma vie familiale a explosé, elles sont pas responsables mais ça m’a pas aidé .
    Je suis a votre disposition .merci de votre aide

    Répondre
    • admin says:

      Bonjour Monsieur,

      Merci de votre témoignage. D’après ce que vous expliquez de vos acouphènes et du diagnostique qui en a été fait, ils semblent venir de l’hernie cervicale.
      Vous avez essayé beaucoup de méthodes. Que dit votre neuro-tromato sur l’impact d’une gymnastique douce – type pilates ? Ceci permet quelque fois de mieux gérer les hernies en musclant tout autour. Ceci pourrait peut être soulager vos acouphènes ?

    • admin says:

      Oui, bien sur. Nous serons heureux de vous contacter lors de la mise en place pour que vous puissiez décider de votre participation.

  3. Luser says:

    Bonjour je souffre d’un acouphene unilatéral intermittent depuis presque 6 mois. Vous parlez d’une étude? Sur quoi porte-t-elle? Où en êtes-vous?
    Merci

    Répondre
    • admin says:

      Bonjour Madame,
      Je suis désolée pour votre acouphène, pour en avoir souffert, je sais à quel point c’est douloureux et ennuyeux.
      Nous sommes en train de monter une étude sur les acouphènes. C’est pour la première partie de la recherche fondamentale sans application directe pour soigner.
      Nous voulons tout d’abord caractériser l’acouphène entendu par le patient et son seuil auditif sur une large bande de fréquence (notamment dans des fréquences très aiguës qui ne sont pas testées par les médecins ORLs). Ceci permettra, nous l’espérons de mieux comprendre certains acouphènes.

      Si vous souhaitez participer à l’étude, renvoyez moi un mail pour que nous vous tenions informés lorsque nous recruterons.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *